Bascanne Voyage

Dalat, la suisse Vietnamienne

Arrivée à Dallat, la version vietnamienne d’Annecy ou de la Suisse. Grandes et belles maisons européennes autour d’un lac à l’entrée de la ville. Sur le chemin, nous rencontrons un couple de français, Gaëlle et Jorges, avec qui nous allons passer les deux prochains jours.

Visite de la Crazy House, un mélange démesuré de demeures aux formes arabesques et loufoques. Des passerelles passent d’une maison à une autre, entre les arbres et les bougainvilliers, de telle sorte que nous ne savons plus ce qui est arbre et ce qui est maison.

Le lendemain, armés de scooters à vitesses manuelles loués par une dame inquiète, nous partons à la recherche d’un temple, Linh Phuoc, à moins de dix kilomètres du centre. Il ne s’agit pas d’un, mais de plusieurs temples à la suite. Profusions de couleurs en mosaïque, de mille-et-uns détails, ces temples sont si chargés, finissant par une statue immense de Lady Buddha recouverte de fleurs dorées, que nous tournons, pendant de longues minutes, sur nous-mêmes, submergés, ne sachant par où commencer.

Au centre, le second temple ressemble plus à un temple chinois sur une dizaine d’étages qui accueillent chacun une statue magnifique de Buddha. Au rez-de-chaussée, un énorme tambour en bois, sur lequel les croyants collent des milliers de feuilles sur lesquelles ils ont préalablement écrit leur nom. Quand nous arrivons au temple le plus à droite, nous sommes abasourdis et émerveillés. Au centre une immense statue de Buddha de plusieurs dizaines de mètres. Tout autour, en arc de cercle et sur plusieurs étages, deux rangées d’immenses statues dorées. Entre ces statues, au rez-de-chaussée, d’étranges moines en cire, assis, dont l’imitation est si réaliste que nous croyons pendant quelques secondes qu’il s’agit de personnes réelles. Un des plus beaux et impressionnants temples vus jusqu’à présent.

Reste de l’après-midi passé à rechercher des cascades sur une route de cailloux dans une forêt de pins très européenne. La conduite a été sportive. Puis nous sommes repartis tous les quatre vers l’arrivée de télécabines qui se terminent dans un magnifique jardin de fleurs. Tout autour des montagnes vertes, sauvages ; et le début d’un immense lac. Enfin un moment de silence, de courte durée, qui sera brisé par un groupe de russes.

Merci à Gaelle et Jorge pour leur création vidéo de nos deux jours de visite de Dalat ensemble :

 

4 reflexions sur “Dalat, la suisse Vietnamienne

  1. AvatarHélène

    On dirait des maisons de schtroumfs… 😉
    Vous avez du en prendre les mirettes de couleurs, de dorures, très kitchs !
    Heureusement qu’il y a les légendes pour les photos, car j’ai vraiment cru que c’était un moine entre les statues. Impresionnant.
    Bref, on continue de rêver et de vous envier.
    Bisous et à très vite par skype.

  2. LaurentLaurent

    @Maman : c’est exactement ce que l’on s’est dit pendant la visite. Quant au moine, au premier regard, on y a cru aussi, limite un peu peur de déranger…

    @Papa : il doit y avoir des subtilités dans ton message car nous ne comprenons pas… (et on vient de dormir que 3h en bus, peut-être que tout n’est pas connecté). C’est quoi le « facteur cheval ? »

  3. AvatarChedanne Jean-Paul

    Le facteur Cheval, représentant de l’art brut, a réalisé son Palais Idéal fin 19° et début 20° dans la Drôme, en ramassant tout au long de ses tournées… des cailloux, qu’il a assemblé pour en faire un étonnante oeuvre d’art (dans la Drôme)
    http://www.facteurcheval.com/

    En Lozère Jo Pillet, un de ses disciples a eu une démarche de même nature sur le causse Sauveterre fin 20°siècle, avec ses « igloos » et autres sculptures…
    http://www.utopix-lozere.fr/home.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *