Bascanne Voyage

Du sud au nord, la Nouvelle Zélande émerveille

11 mai 2016, nous venons d’arriver dans la région appelée The Coromandel. Le camping-car est garé sur un petit parking, nez face à la mer pour mieux lui laisser admirer la large plage, les récifs et presqu’îles.

L’ile du sud, la magie sauvage

21 jours se sont déroulés depuis notre arrivée sur l’île du Sud. Vaillant tels des explorateurs bien installés confortablement dans le camping-car Jucy vert et violet, nous traversons d’abord les Alpes du Sud pour atteindre la côte ouest. Nos premières marches en forêt se font dans une végétation tropicale où des sortes de fougères géantes sont dominées par des arbres aux troncs et branches multiples recouvertes d’une mousse toujours bien humide. Avant d’atteindre le bas du glacier Franz Joseph, nous ne nous attendions pas à fouler de tels sentiers, habitués plutôt aux alpages sans arbres…

C’est en ce début de voyage qu’une première passion est née : celle de photographier du mieux possible les différentes espèces d’oiseaux sauvages croisés sur notre chemin. Attention, ce n’est pas si simple que cela car avec un appareil photo numérique compact et au potentiel de zoom réduit, s’approcher des oiseaux et les saisir nettement est un art… 😉 Après quelques « On y va ? » ou « C’est bon, tu l’as eu !? » de Stéphanie, j’ai tout de même eu quelques réussites !

 

Les oiseaux ne représentent qu’une partie exotique de la faune Néo-Zélandaise. Stéphanie s’est aussi découverte une passion : l’observation des otaries mais surtout celle des pingouins. Nous pourrions aussi citer les éléphants de mer ou encore les lapins qui gambadent au milieu de tout cela. Tout ce petit monde peut se retrouver sur une même et seule photo !!! Je me suis cru à Alice aux pays des merveilles quand j’ai vu la dizaine de lapins courir avec leur derrière tout blanc au milieu des pingouins cherchant un abri pour la nuit…

 

L’île du sud, pendant les 15 premiers jours, nous a enchanté de toute cette vie préservée, sauvage et accessible. Cette magie vivante prend racine dans des paysages très variés que nous explorons à coup de petites marches ou grandes randonnées comme l’ascension du Mont Roy au lac Wanaka avec ces 1200 mètres de dénivelé sur 5,5 km aller qu’il a fallu redescendre ensuite… Les points de vue sont magnifiques, les couchers de soleil sublimés et les arbres surprenants. Plus que les mots, je pense que cette sélection de photos vous en montrera la variété.

 

Après le lac Wanaka et ses forêts automnales, après le Mont Cook et son arrière-pays désertique, après les fjords du Milford Sound et ses forêts tropicales, après la côte sauvage des Catlins et sa faune exotique, après Dunedin et son style charmant de ville écossaise, après les dauphins et baleines de Kaikoura, nous passons dans l’île du Nord !

Une arrivée râtée dans le Nord pour une découverte sulfureuse !

Le ferry nous emmène en 3 heures de Picton à Wellington, la capitale du pays. Arrivés en début d’après-midi, la pluie a raison de nous et nous décidons de commencer par le musée Te Papa, genre de la Villette mais centré sur la Nouvelle Zélande. Le beau étant prévu le lendemain, nous découvrirons la ville plus tard. Après 3 heures de visite nous retournons au camping-car, prêts à rejoindre le camping gratuit repéré à une dizaine de kilomètres. Malheureusement, les feux étant restés allumés, la batterie vidée, nous ne pouvons démarrer… Commence une recherche pendant une heure d’un moyen de sortir de ce pétrin. La solution réside en ce qu’ils appellent un jump starter, seul moyen de démarrer une automatique. Nous arrêtons les voitures ou passants pour demander s’ils n’auraient pas ce truc mais c’est finalement un taxi, nous demandant 20 dollars, qui nous dépanne. Au final, comme nous devons rouler pour recharger la batterie, nous quittons Wellington le soir même pour remonter plus au nord…

Notre route vers le nord passe par la zone où la plaque tectonique australienne passe sous la plaque pacifique, ou l’inverse. Peu importe, le résultat serait sans doute le même : nous nous apprêtons à découvrir des volcans et des sources d’eaux chaudes 🙂

Nous randonnons sur 20km sur le mythique Tongariro Alpine Crossing, au milieu d’une végétation de pierres, de volcans et de lacs colorés. Nos jambes ont souffert mais les yeux se sont régalés !

 

En remontant un peu plus au nord, nous traversons des paysages enfumés par de multiples sources d’eaux chaudes. Je suis ébahi, contemplatif, interloqué, … L’eau des égouts bout devant vous au cœur de la ville. Des fumées s’échappent de partout, peu importe où le regard se pose. Au parc Wai-o-tapu, en pleine campagne, c’est véritable festival de couleurs formés par l’arsenic, le souffre ou encore la silice. Ils remontent du cœur de la terre dans cette eau et vapeur pour se déposer au fond de lacs ou sur la pierre.

 

Dans un peu moins d’une semaine, nous quitterons ce magnifique pays pour s’envoler vers la Nouvelle Calédonie. Nous espérons pouvoir y décrire le même émerveillement !

6 reflexions sur “Du sud au nord, la Nouvelle Zélande émerveille

  1. Avatarbascou jean michel

    Je ne dirai qu’un mot EXTRAORDINAIRE la variété de paysages, de végétaux et d’animaux!
    Mention particulière pour les photos d’oiseaux .Félicitations aux photographes!
    Ce sera la destination de notre prochain grand voyage!
    jean michel et Martine

  2. AvatarChedanne Jean-Paul

    Ca donne trop envie, mais peut-être à une saison légèrement plus clémente ?
    Vivement les maillots de bain en Nouvelle Calédonie !

    Hélène et Jean-Paul

  3. Avatarlaurence

    Les photos sont magnifiques mais je suis que sur place ça l est d autant plus. Je suis vos périples avec envie, que de souvenirs partagés ensemble…
    Un grand merci pour votre carte postale.
    Je vous embrasse bien fort.

  4. AvatarChristelle et Benoit

    Salut Laurent,
    Je suis en répétition avec Jeff, Rémy, Antoine et Mathieu (la 1ere depuis 6 mois). On se disait que tu as bien de la chance mon salop.
    Profitez bien.
    Bises des PostCurseurs.
    A+
    Ben

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *