Bascanne Voyage

Le cœur touché par la Nouvelle Calédonie

Aéroport de Auckland, nous attendons notre vol pour Los Angeles. Il y a 8 heures que nous avons quitté Annie et Alain à l’aéroport de Nouméa. Cet article est pour eux. Il y a quelques heures à peine, nous les avions laissé lentement se diriger vers le parking après une succession d’au-revoir. Leur générosité, l’énergie d’Annie, l’humour de Tonton Alain, les moments passés ensemble laisseront une trace indélébile au plus profond de nous. Quelle immense joie nous avons eu de les retrouver, de se faire chouchouter en famille et de découvrir des paysages incroyables !

 

L’île des pins, un paradis

Accueil chez Rose-Marie, notre hôte pour l'île des pins. Les chats et chiens nous ont beaucoup tenus compagnie

Accueil chez Rose-Marie, notre hôte pour l’île des pins. Les chats et chiens nous ont beaucoup tenus compagnie

La veille, nous rentrions de l’île des pins où nous avons goûté à 3 jours de paradis. Le contraste avec Nouméa qui ressemble vaguement à une ville française sous les Tropiques est flagrant. Les locaux, les senteurs, le rythme ralenti et la politesse rappellent fortement l’Afrique, mais une Afrique peu peuplée et moins pauvre, avec ses chiens errants, ses chats ronronnants et ses rastas à tous les coins de vue.

L’île des pins est un vrai paradis des sens. Nous avons goûté des langoustes d’exception au bord de la plage, installés à même le sable. Le soleil se reflète dans les eaux turquoises et caresse nos yeux.

Dégustation d'une grosse langouste chacun en bord de plage paradisiaque.

Dégustation d’une grosse langouste chacun en bord de plage paradisiaque.

Nous avons savouré la spécialité, le bougna, grâce aux talents culinaires de Rose-marie, notre hôte. Nous avons découvert (et parfois subi) la lenteur d’une île, les différents dégradés de bleu, l’indifférence des dizaines de poissons multicolores lorsque nous les survolons avec notre masque-tuba.

 

Si nous étions à Cannes, l’île des pins aurait la palme de la lenteur où se laisser aller à la vie rime avec les « on verra demain » de Rose-marie. Tout peut attendre demain. Le lendemain, cela peut encore attendre demain. Sa phrase favorite. A un point tel, que Rose-marie attend 7h45 pour nous annoncer que notre tour en pirogue démarre à 8h à la baie Saint Joseph. Il faut 20 minutes de voiture pour s’y rendre… 😉

Finalement, Bernard, notre skipper de pirogue, n’était pas prêt donc on n’embarque qu’à 8h30, seuls au milieu de l’eau, seuls sur une pirogue où le flottement de la voile remplace progressivement le ronronnement du moteur. Alors le silence se fait. La voile se gonfle amoureusement d’un vent chaud et doux, une invitation à une rêverie profonde. En premier, ce sont les chants des oiseaux que nous commençons à percevoir. Puis le doux clapotement de l’eau commence à rythmer cette musique. Progressivement, nos yeux s’habituent à la luminosité bleuâtre générée par les eaux turquoises de la baie. C’est alors que commence un ballet de vie aquatique sous notre regard émerveillé : tortues, un requin, saut d’une raie léopard au milieu du lagon, aigles à poisson, bancs de poissons sauteurs, … Nous glissons sur l’eau, nous laissons glisser nos rêves, nous sommes transportés au paradis.

A Nouméa, c’est « no problem »

Notre séjour fut court. Seulement 10 jours plein. Avec un double objectif : passer du temps avec tonton Alain et tatie Annie tout en préparant notre itinéraire américain. Avant de se rendre à l’île des pins, les sept premiers jours se sont donc déroulés sur Nouméa avec comme base de lancement l’auberge de jeunesse, comme chef logistique Annie et comme aide de camp Alain.

Annie, dont l’expression favorite est « no problem », l’applique à merveille. Alain a dû être contaminé car il s’en inspire assez facilement en ajoutant une dose de prudence le caractérisant bien pour s’assurer que nous ne manquons de rien sans courir aucun risque : pneus de vélos et voiture gonflés, serviette de bains pour se prélasser à l’ombre des arbres, frigo de l’auberge bien rempli et ravitaillé en mousse au chocolat et thé à la menthe par Annie.

« No problem »pour nous inviter au restaurant à de multiples reprises. Nous vous conseillons donc deux bons restaurants : le Casablanca et celui de Kuendu Beach. Dans le premier le tajine était divin et dans le second le mahi mahi (poisson du large) a réveillé agréablement nos papilles. A Nouméa nous avons également retrouvé avec beaucoup d’émotion la pâtisserie française (croissants pour Laurent, baguette et gâteaux pour Stéphanie).

Annie en responsable tourisme nous fait découvrir Nouméa depuis les hauteurs

Annie en responsable tourisme nous fait découvrir Nouméa depuis les hauteurs

« No problem » pour nous faire des circuits découverte en voiture. Sous la conduite sportive d’Annie nous sommes trimbalés aux 4 coins de Nouméa avec tout ce qu’il faut comme explications. L’office de tourisme n’a qu’à bien se tenir ! Alors nous vous conseillons de vous rendre à Ouen Toro et le mont … pour de magnifiques points vues. Puis sans hésiter, faites un tour de vélo de la baie car la promenade offre de beaux points de vue avec de nombreux bancs pour se reposer.

Journée repos et aquarium naturel à l'île aux canards. Stéphanie ne décolle plus !

Journée repos et aquarium naturel à l’île aux canards. Stéphanie ne décolle plus !

Heureusement que l’île aux canards est là pour nous permettre un isolement d’une journée sur un transat et sans rien faire 😉 Mais rapidement, nos deux grands retraités nous manquent. Alors sans hésiter, c’est soirée pizza, par chance devant un reportage sur l’ouest américain, notre prochaine destination. Nous sommes en vol…

 

4 reflexions sur “Le cœur touché par la Nouvelle Calédonie

  1. Avatarbascou

    Votre commentaire sur la Nouvelle Calédonie ravive bien des souvenirs…..AH les langoustes MONSTRUEUSES de l’île aux pins……AH ces moments privilégiés où l’on a rien à faire qu’à savourer le temps qui passe…….
    Bisous à tous les 2 et BON ANNIVERSAIRE à Laurent
    jean michel

  2. AvatarRemi

    Eh bien… Je suis en vacances dans le Poitou, mais qu’est ce que j’aimerai être en poste en Nouvelle-Calédonie !

    Bon anniversaire Lolo. Et offre-toi un triple cheeseburger de ma part pour fêter ça (photo exigée !). Ça te changera des langoustes…

    Bises.

  3. LaurentLaurent

    Je souhaite à tout le monde d’être en poste en Nouvelle Calédonie !!! Ce soir nous sommes à Las Vegas où nous allons passer deux nuits. Pas sûr que l’on fasse le cheeseburger vu les prix mais je penserais à la photo dès que l’on s’en fait un. Peut-être un cheeselangouste ! Ils font de tout ici…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *