Bascanne Voyage

Ha Tien, une ville aux airs de station de balnéaire

Nous sommes partis de Phu Quoc pour rejoindre Ha Tien. Deux belges très bavards nous ont raconté leurs découvertes et mésaventures dans les différents moyens de transport utilisés. Pas très rassurant !

Conseil transport : toujours prendre son billet en photo.

Quand nous achetons nos billets nous recevons uniquement un reçu de paiement. Les tickets sont donnés au fur et à mesure par une personne différente à chaque connexion. Pour notre première fois nous ne comprenions pas trop et craignions de ne pouvoir partir (en gros, se faire arnaquer).

Quoiqu’il en soit, arrivés à Ha Tien, comme deux bons touristes pas encore débrouillards, nous empruntons la première navette venue et conduisant au centre ville. Un tarif exorbitant ! Le taxi aurait été moins cher… Etant en pleine période de vacances Vietnamienne, cette ville offrait principalement des hôtels complets. Nous réussissons heureusement à en trouver en faisant une erreur que nous remarquerons le soir venu.

Bouddha au creu d'un arbreEn attendant, nous flânons le reste de l’après-midi dans la ville où règne une atmosphère telle qu’on en trouve sur la cote française en plein été. Le front de mer est agréable avec une légère brise qui nous rafraichit. Ce calme apprécié ne va pas durer…

Le Karaoké maudit

A la tombée de la nuit, vers 18h, la ville prend un tout autre visage. Tous les vacanciers, locaux ou chinois, sont dans la rue. Ils s’installent avec leur barbecue portable. Des enfants jouent aux autos tamponneuses dans des voitures électriques. Ils sont nombreux à  flâner. C’est comme une soirée d’été sur la cote d’azur.

Fatigués, nous rentrons. Le drame de notre nuit commence. Sans le remarquer, nous avons choisi une chambre encadrée de deux karaokés. Jusque tard dans la nuit, nous avons supportés des chants (faux) et une musique « dance » forte. Ils en sont fans, de la dance « boum boum » et du chant !

Point culturel Vietnam : le karaoké est aussi important que la religion. On en trouve autant que de temples.

Conseil pratique Vietnam : vérifier l’absence de karaoké lors du choix de son hôtel ou guesthouse

Tour de vélo autour de Ha Tien

Mui Naï bondée de vacanciersLe lendemain, 11 février, nous changeons d’hôtel et louons deux vélos pour parcourir l’arrière pays. Partis en direction de la station balnéaire Mui Naï, nous roulons tranquillement, appréciant l’air frais du matin. Après un bout de route agréable en bord de mer, nous arrivons au milieu de milliers de vacanciers asiatiques (1 seul européen de croisé). La plage est bondée tout autant que la mer. Impressionnés par la similitude avec une cote d’azur en plein été ! A cela vous ajoutez les centaines de scooters, des dizaines de bus et voitures et vous avez 8 hectares où il est impossible d’être tranquille. Nous restons savourer un bon café chaud puis repartons.

BuffleSur la route nous observons des buffles un peu partout et broutant dans des rizières asséchées. Nous nous y engageons pour observer quelques oiseaux gracieux dont certains étaient presque invisibles en se confondant avec leur environnement. Malgré un soleil pesant, ce spectacle en pleine rizière nous retient de longues minutes. Quelques kilomètres plus loin, nous crapahutons sur une colline, Da Dong, en passant de grottes en grottes emménagées de sculptures bouddhistes ou éclairées joliment. Avec seulement deux sacs à dos nous avons perdus toute notre eau en une heure trente de visite… Ils ont du souffrir pour installer les statues hautes d’au moins deux hommes !

Buddha inspiré par LaurentLa fin de la journée approchant, nous rentrons tranquillement sur la ville pour deux bonnes heures de repos à une terrasse, activité aussi très prisée des vietnamiens, que ce soit chez eux ou dans la rue. Il faut tout de même noter que ce sont généralement les femmes que l’on voit travailler pendant que les hommes dorment dans le hamac ou sirotent un café glacé. Demain, départ pour Can Tho dans le delta du Mékong.

5 reflexions sur “Ha Tien, une ville aux airs de station de balnéaire

  1. Avatarromain

    ah ah la musique dance forte j’aurai bien aimé voir ça!!
    vu les similitudes avec la cote d’azur c’est étonnant qu’il n’y ait que des touristes asiatiques et pas occidentaux
    je suppose que ce sont toutes les nouvelles classes moyennes chinoises qui passent leurs vacances à l’occidentale comme les européens vont à Ibiza
    amusez vous bien vous allez surement tomber sur des coins plus sauvages
    bisous

    1. lolozerelolozere Auteur de l'article

      C’est tout à fait cela. Les touristes occidentaux ils sont sur l’ile en face : Phu Quoc où de gros hotels en bord de plage ont été construits. L’article qui va suivre montrera un tout autre visage… On t’embrasse !

Répondre à romain Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *