Bascanne Voyage

Les montagnes de Sapa, au Nord du Vietnam

Arrivée aux aurores en bus de nuit après un trajet sous la pluie, à la découverte de Sapa, village de montagne touristique du Nord Vietnam, connu pour ses rizières en terrasse, ses treks, et ses ethnies minoritaires dont les habits rappellent ceux des habitants du Pérou. Justement, des femmes des villages alentour, toutes en couleur, nous attendent à la sortie du bus. Nous nous réfugions dans un café. De là, nous décidons de partir vers une agence qui propose des randonnées à prix abordable. En arrivant, la femme nous conseille de partir immédiatement pour un trek de deux jours en raison du beau temps, chose rare pour la période. Après avoir pris une bonne douche, nous voilà partis avec Nia, jeune guide de l’ethnie Mong, tout feu tout flamme, et un jeune couple belge flamand.

 

Direction la province de Lai Chau d’abord, aux chutes d’eau en sous régime. Puis à Tram Tom, nous nous engageons sur un chemin plutôt difficile et pentu. Sous nos yeux, d’immenses bambous et des prairies d’arbres à fleurs blanches rappelant les pommiers.  Les cours d’eau ne sont jamais loin. Près d’un ruisseau, notre fougeux Nia nous prépare un délicieux déjeuner. Sa petite taille, sa dextérité et ses sauts au milieu de la nature nous rappellent ceux des Hobbits : ces montagnes sont son terrain de jeu.

 

A l’entrée du premier village, des animaux d’élevage apparaissent : poules, cochons, canards, chiots. Au loin, des rizières en cascade se dessinent. Souvent, comme nous l’explique Nia, le riz cultivé n’est pas vendu. Il est réservé à la consommation des familles des villages. La saison sèche ne permet pas de cultiver le riz ; il faut attendre la saison humide qui apportera suffisamment d’eau. Des chemins de terre relient les villages entre eux, et c’est en en empruntant un que nous finissons par arriver dans notre maison d’hôtes où d’autres randonneurs nous attendent.

 

La nuit en dortoir, sous moustiquaire, est entrecoupée des cris de joie des guides emplis d’alcool de riz et des grognements du cochon de la maison.  Le lendemain, écrasés par la chaleur qui monte des plaines, nous repartons le long des rizières vers les villages de Lao Chai et Ta Van. Nous croisons une rivière dans laquelle nous nous rafraichissons. Le retour fut long et difficile !

Dormir au Vietnam…

Petit aparté pour vous parler des nuits au Vietnam. Depuis notre arrivée, la fatigue commence à s’accumuler. La vie au Vietnam pulse si fort qu’il est pratiquement impossible de passer une nuit calme. Les coqs, souvent enroués dans le Nord, les chiens ou les habitants, en parlant fort, ou en écoutant leur musique à tue-tête, se chargeront, l’un après l’autre, ou en chœur, d’entrecouper vos nuits. Une vraie conspiration ! De manière générale, le niveau sonore est beaucoup plus élevé qu’en Europe. La journée, les vietnamiens semblent indifférents aux klaxons qui vous percent le tympan et à la musique qui hurle. Quelle chance avons-nous de vivre au calme !  Après la randonnée, nous avons eu plusieurs jours de pluie ; nous sommes donc partis pour Dien Bien Phu. A très bientôt !

2 reflexions sur “Les montagnes de Sapa, au Nord du Vietnam

  1. AvatarStef

    Merci pour la carte, elle est arrivée aujourd’hui ! Il y a eu 3 tampons dessus, elle a du faire quelques détours avant de nous arriver.
    Votre voyage fait envie, nous serons pour notre part au Sri Lanka à partir du 9 juillet 🙂

    1. LaurentLaurent

      Votre voyage va durer combien de temps ? Vous nous raconterez que l’on voit s’il faut le rajouter pour nos futurs missions touristiques 🙂

Répondre à Laurent Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *